LA LÉGENDE MORY KANTE CONTINUE

Surnommé le « Griot Electrique », Mory Kante, un des artistes qui a contribué à populariser la musique africaine dans le monde, aurait soufflé une bougie ce jour.

Né en Guinée en 1950, Mory Kanté est l’héritier de la tradition des griots, les « djéli » du Mandé, empire d’Afrique de l’Ouest qui s’étendait depuis la côte atlantique jusqu’à la Région de Gao. Il suit l’école française et apprend à jouer du balafon, l’instrument fétiche des Kanté car il permet d’établir la communication avec l’univers. À 15 ans, le jeune griot commence son initiation chez sa tante à Bamako.

Durant trois ans, Mory entreprend des voyages initiatiques à travers le Mandingue. À son retour en ville, il anime des mariages en tant que balafoniste, guitariste et chanteur.
En 1971, il est repéré par Tidiane Koné, saxophoniste et chef d’orchestre du « Rail Band de Bamako » qu’il intègre comme guitariste. En 1975, Mory remplace le chanteur Salif Keïta. Il découvre alors la kora et apprivoise l’instrument avec tant de passion que le maître malien Batrou Sékou Kouyaté lui offre cette kora qui l’accompagne sur toutes les scènes du monde tout au long de sa carrière.

C’est en mai 2020 qu’il tire sa révérence laissant derrière lui une œuvre qui continue à voyager dans le monde entier.

Par Binta Sow